Archives des étiquettes : trading

Pourquoi ne pas trader contre la tendance

La plupart des traders veulent aller à la fois long et short dans la même tendance afin de profiter des petites fluctuations du marché. Les traders pensent pouvoir doubler leurs profits s’ils tradent dans les deux sens du marché. En théorie c’est vrai. En pratique c’est rarement le cas.

Les traders doivent se contenter de rester dans le sens de la tendance de long terme (c.-à-d. à l’achat dans un marché haussier ou vendeur à découvert (short) dans un marché baissier). Trader contre la tendance de long terme peut être très dangereux (c’est-à-dire avoir une position short dans un marché haussier ou acheteuse dans un marché baissier). Voici pourquoi.

La tendance de long terme = un biais directionnel à exploiter

Le marché a un biais haussier dans une tendance de long terme haussière. Le marché a un biais baissier dans une tendance baissière de long terme. Cela signifie que :

  • Le marché monte plus souvent quand il est dans une tendance haussière.
  • Le marché baisse plus souvent quand il est dans une tendance baissière.

Donc d’un point de vue purement statistique, les positions shorts ont beaucoup moins de chances de réussite dans un marché haussier. A l’inverse, les positions acheteuses ont beaucoup moins de chances de réussite dans un marché baissier.

Mais voici le point le plus nuancé que je voudrais faire:

  • Peu importe le nombre d’études historiques que vous réalisez, vous ne savez pas quand une correction s’arrêtera dans un marché haussier.
  • Peu importe le nombre d’études historiques que vous réalisez, vous ne savez pas quand un rebond s’arrêtera dans un marché baissier.

Supposons que vous être en train de shorter le marché boursier haussier, car vous vous attendez à ce que le marché procède à une correction de plus de 6%.

Que se passe-t-il si le marché chute de -5,5%, puis rebondit et atteint un nouveau plus haut ? Attendez-vous que le marché chute exactement de 6% ou bien réduisez-vous vos pertes après que le marché ait atteint le nouveau sommet ?

Si la tendance de long terme est suffisamment forte (par exemple, les investisseurs achètent le moindre repli de la tendance haussière), alors même le plus petit objectif baissier a peu de chances d’être atteint !

Ne tradez pas dans le sens contraire de la tendance

L’inverse est également vrai. Supposons que vous êtes à l’achat dans un marché baissier et que vous vous attendez à ce que le marché rebondisse de 10%. Que se passe-t-il si le marché rebondit de 9% puis chute et atteint un nouveau plus bas ? Attendez-vous que le marché rebondisse exactement de 10% pour prendre vos profits ?

Dans un marché haussier, les corrections cesseront souvent sans aucune raison. Étant donné que les grands investisseurs institutionnels utilisent les corrections pour se positionner à l’achat, vous ne savez jamais quand la correction va se terminer. 

C’est également le cas pour les marchés baissiers. Les rallyes cesseront souvent sans aucune réelle raison. Étant donné que les grands investisseurs institutionnels utilisent les rallyes pour se débarrasser de leurs positions acheteuses, vous ne pouvez pas savoir quand ce rebond se terminera.

Votre timing est extrêmement important

Votre timing doit être d’une précision irréprochable si vous tradez dans le sens contraire de la tendance de fond. Pour ceux qui s’amusent à cette activité, voici la triste nouvelle : personne ne peut anticiper le marché avec une précision parfaite, en particulier les traders qui spéculent sur des horizons de temps de court terme.

Supposons que vous shortez le marché parce que vous vous attendez à une correction de 6%. Votre timing doit être extrêmement précis, car si le marché boursier augmente d’abord de 7%, puis perd 6%, vous serez toujours perdant sur votre position vendeuse. Il faut savoir qu’il est beaucoup plus facile pour le marché boursier de monter de 7% que de baisser de 6% dans un marché haussier. Le biais haussier naturel provoque cette distribution de probabilité asymétrique.

Vous ne pouvez pas garder votre position jusqu’à temps que vous ayez raison

La beauté du trading dans le sens de la tendance de long terme est que votre timing d’entrée et de sortie n’a pas besoin d’être très précis. Si vous entrez à l’achat à la veille d’une petite correction et que vous perdez de l’argent au départ, vous pouvez toujours attendre à ce que votre position soit rentable.

Par exemple, si le marché chute de 6%, puis 4%, il vous suffit d’attendre quelques semaines / mois avant que le marché corrige ces deux mouvements baissiers (le marché boursier a une tendance haussière sur du long terme).

En d’autres termes, vous pouvez vous permettre de conserver votre position perdante si vous êtes dans le sens de la tendance de long terme. Cependant, si vous négociez dans le sens contraire, vous avez plutôt intérêt à clôturer votre position perdante afin de limiter vos pertes.

Théoriquement, votre risque est illimité lorsque vous vendez à découvert un marché haussier, car rien ne permet de savoir quel prix le marché va atteindre avant une correction majeure.

Les signaux de contre-tendance peuvent être faux

Beaucoup de traders essaient de shorter un marché haussier « suracheté » ou d’acheter un marché « survendu ».

Cette pratique peut fonctionner si la tendance du marché haussier ou baissier n’est pas très forte. Mais il suffit que d’un seul mauvais positionnement dans un marché avec une forte tendance pour effacer tous vos précédents gains.

Un marché suracheté peut le devenir encore plus. Et un marché survendu peut devenir encore plus survendu.

S&P 500 "surchaté"

J’ai vu énormément de traders perdre beaucoup d’argent à shorter un marché haussier comme celui de 2013 à 2017. Chaque position acheteuse qu’ils ont placée était rentable, mais presque chaque position short représentait une perte massive. Il aurait été bien mieux de s’en tenir aux positions dans le sens de la tendance du marché.

Tendance haussière du S&P 500 en 2017
Tendance haussière du S&P 500 en 2013 et 2014

Vous ne devez pas toujours être long dans un marché haussier si vous pensez que le rallye est trop excessif et qu’une correction est imminente. Mais au moins, abstenez de shorter le marché haussier. Restez en cash.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, chaque trader doit d’abord savoir quelle est la tendance de long terme du marché avant de commencer à trader. Peu importe vos compétences de trading. Vous laisserez tôt ou tard votre capital à trader dans le sens contraire de la tendance de fond. Vous pouvez peut-être réussir une fois, deux fois ou trois fois, mais il y a un moment ou une seule de vos positions de contre tendance vous fera perdre la majorité de vos précédents gains.

Il est donc préférable de trader dans le sens de la tendance de long terme, c’est-à-dire spéculer sur la hausse dans un marché haussier et à la baisse dans un marché baissier.

Un excellent livre qui explique très bien ce principe est « Reminiscences of a Stock Operator ». Un best-seller que tout trader devrait lire.

Pourquoi 90% des traders perdent en bourse ?

Beaucoup de raisons expliquent pourquoi 90% des traders sur compte sur marge perdent en Bourse. La psychologie et le manque de préparation sont selon moi les deux principaux facteurs expliquant cette médiocre performance. Voici 3 des raisons qui expliquent pourquoi la plupart des traders sur CFDs, contrats à terme et options finissent par perdre.

1) Ils ne connaissent pas bien leurs indicateurs et les marchés sur lesquels ils spéculent

La première erreur des traders est qu’ils pensent que tous les marchés se tradent de la même façon. Ils pensent qu’avec leurs fabuleux indicateurs, ils vont pouvoir gagner de l’argent sur tous les marchés.

En réalité, tous les marchés n’évoluent pas de la même façon.

Les paires de devises majeures comme l’EUR/USD, GBP/USD et USD/JPY auront tendance à osciller beaucoup plus que le cours des matières premières ou des indices. Trader les renversements avec les zones de surachat/survente ou les divergences est donc généralement plus adapté sur les paires de devises majeures plutôt que les tendances.

A l’inverse, les indices boursiers sont attirés vers le haut. Le Dow Jones évolue plus de 70% du temps au-dessus de sa moyenne mobile à 200 séances. Trader les tendances est donc sans doute une activité plus rentable et moins risquée sur les indices boursiers que spéculer sur un renversement.

Pourcentage du temps de l'EUR/USD, du WTI, de l'OR et du Dow Jones au-dessus de leur moyenne mobile à 200 séances.

2) Ils tradent avec une stratégie de trading qui n’est pas backtestée

La seconde plus grosse erreur qui explique pourquoi la plupart des traders perdent est parce qu’ils spéculent sur les marchés sans avoir de plan de trading précis. Comme au casino, ils prennent des décisions basées sur leurs sentiments et leur opinion au lieu de suivre une stratégie de trading.

Parfois ils spéculent sur les marchés après avoir lu un article ou vu une vidéo en ligne qui montrait 10 trades gagnants. Ce n’est pas pour rien si les banques et les hedges funds remplacent leurs traders par des robots de trading. Ils sont beaucoup plus rapides, mais surtout ne dévient pas.

Backtester sa stratégie avant de l’exécuter sur un compte réel me semble indispensable, car même si les performances passées ne présagent pas des performances futures, il y a plus de chances qu’une stratégie gagnante dans le passé le soit dans le futur qu’une stratégie perdante.

3) Ils laissent courir leurs pertes et coupent leurs gains rapidement

Ce problème courant des traders s’explique par l’absence de stratégie de trading. Puisque au lieu d’avoir un plan précis indiquant quand sortir du marché, ils prennent des décisions basées sur leurs sentiments, ils pensent que leurs positions perdantes vont devenir gagnantes.

Cette attitude est une preuve du manque de confiance des traders, car ils ne veulent pas reconnaître qu’ils ont tort. Ces traders oublient souvent que les pertes font partie du trading et que même les meilleurs traders perdent des positions.

L’une des différences entre un trader gagnant et un trader perdant est la différence d’attitude qu’ont ces deux face à une position en perte.

Le trader gagnant va accepter sa perte et la couper rapidement alors que le trader perdant, obnubilé par son désir de devenir riche dans quelques semaines, va laisser courir sa position perdante en espérant que le marché va finalement lui donner raison.

A l’inverse, les traders perdants vont couper leurs gains le plus rapidement possible. Ils vont préférer encaisser leurs 1000€ de gains à la fin du mois pour pouvoir en parler à tous leurs copains traders plutôt que laisser la chance au marché de leur donner davantage.

Evidemment, cette liste d’erreurs est non-exhaustive. J’aurai également pu citer le trading à contre tendance, l’utilisation d’un effet de levier trop important, etc.

Si vous avez aimez cet article, n’hésitez pas à le commenter et le repartager sur les réseaux sociaux.

Le guide complet pour trader avec le RSI

Le Relative Strengh Indicator ou plus communément appelé le RSI, est l’un des indicateurs techniques les plus populaires. Les traders l’utilisent la plupart du temps pour anticiper les retournements du prix.

Développé par Willes Wilder, l’un des pionniers de l’analyse technique, l’indicateur RSI représente la proportion des gains par rapport aux pertes sur une période de temps prédéfinie. Son créateur recommande d’utiliser le RSI sur une période de temps de 14 séances. Il peut être utilisé sur des unités de temps inférieures, mais il sera plus volatil.

Interprétations du RSI

Le RSI est un indicateur de momentum qui mesure la proportion du mouvement haussier ou baissier sur une certaine période de temps.

  • Une valeur du RSI au-dessus de 50 indique que les gains moyens sont supérieurs aux pertes moyennes au cours de la période de temps.
  • Dans le cas contraire, lorsque les pertes moyennes sont supérieures aux gains moyens au cours de la période, le RSI évolue en dessous de 50.

Le RSI est un indicateur borné en 0 et 100. Cela veut dire qu’il ne peut ni aller en dessous de 0 ni au-dessus de 100.

  • Une chute de l’indicateur proche de 0 indique que le prix est « survendu ».
  • Une hausse de l’indicateur proche de 100 indique que le prix est « suracheté ».

Le graphique ci-dessous montre l’indicateur RSI de la paire de devises EUR/USD (bleue).

Graphique de l'EUR/USD avec le RSI

Trader avec le RSI

Les excès de momentum

Le RSI permet de signaler les mouvements d’excès du prix. Pour trader les excès de momentum avec le RSI, il suffit de passer « long » lorsque le RSI sort de sa zone de survente et « short » lorsqu’il sort de sa zone de surachat.

Trading RSI survendu ou suracheté

Les divergences de momentum

Les divergences sont des signaux populaires dans le monde du trading. Elles consistent à un changement de direction entre l’indicateur et le prix.

Par exemple, il existe une divergence haussière lorsque le RSI inscrit des sommets de plus en plus bas alors que le prix continue à inscrire des sommets de plus en plus hauts.

A l’inverse, une divergence baissière se produit lorsque le RSI inscrit des creux de plus en plus hauts alors que le prix continue à inscrire des creux de plus en plus bas.

Trader les divergences du RSI

L’inconvénient de ces deux stratégies est le trading à contre-courant. Il est donc beaucoup plus risqué de spéculer sur un renversement du prix que de trader dans le sens de la tendance. De plus, une divergence baissière ou une sortie du RSI de sa zone d’excès peut très bien se produire avant un retournement majeur du prix comme l’entrée dans une période de consolidation.

En effet, le RSI divergera lorsque le prix consolidera après avoir connu un important mouvement, ce qui ne veut pas dire que le prix va se retourner. Une consolidation peut être une étape avant une nouvelle impulsion dans le sens du précédent mouvement.

Il conviendra donc de filtrer les signaux du RSI soit avec d’autres indicateurs, ou de suivre uniquement les signaux qui sont dans le sens de la tendance.

Les deux stratégies présentées sont mieux adaptées aux marchés qui oscillent beaucoup comme la plupart des paires majeures du Forex. Les indices (structurellement haussiers), sont mieux adaptés pour trader les tendances (surtout les indices US).

Trader les tendances avec le RSI

La dernière stratégie consiste à entrer dans le sens de la tendance (qui peut être identifié par la moyenne mobile à 200 jours), lorsque le RSI croise à la hausse 50.

Trader les tendances du DAX avec le RSI

Ces trois stratégies présentées sont les plus connues, mais ne sont pas les seules utilisations possibles. Appliquer les règles de chartisme sur le RSI est également une façon d’avoir des signaux (cassure ligne de tendance du RSI, sortie d’un range, etc).

Problèmes avec le RSI

La sagesse conventionnelle remise en question

  • Beaucoup de traders pensent que parce que le prix est suracheté ou survendu ou qu’il y a une divergence, le prix va rapidement corriger. Ils prennent donc une position à contre-courant et se retrouvent souvent dans une situation inconfortable.

En réalité, le RSI peut rester longtemps « suracheté » ou « survendu » (surtout lorsqu’il vient de sortir d’une longue période de consolidation).

Le RSI peut rester longtemps en excès

Voici ce qui se passe au S&P 500, cours de l’or, pétrole WTI et EUR/USD, lorsque le RSI sort de sa zone de surachat (signal baissier en théorie) :

Performance lorsque RSI suracheté

Sauf pour le WTI, vous pouvez constater que le cours de ces marché a souvent tendance à être haussier les jours après la sortie du RSI de sa zone de surachat…

Voici ce qui se passe au S&P 500, cours de l’or, pétrole WTI et EUR/USD, lorsque le RSI sort de sa zone de survente (signal haussier en théorie) :

Performance lorsque RSI survendu

L’inverse est également vrai lorsque le RSI sort de sa zone de survente. La sagesse conventionnelle suggère un rebond du prix. En réalité, la tendance baissière a davantage tendance à continuer.

Les paramètres du RSI doivent être adaptées à chaque marché

  • Les plateformes de trading et les brokers paramètrent automatiquement deux lignes horizontales pour leurs clients en guise de zone de surachat et de survente (généralement à 70 et 30 respectivement).

es deux limites doivent être considérées avec précaution, car ces limites sont assez subjectives. Pourquoi le prix est « suracheté » lorsque le RSI est à 71, mais pas à 69 ? De plus, le RSI aura tendance à dépasser souvent ces limites sur des actifs volatiles comme les matières premières, les actions ou les cryptomonnaies.

Afin de déterminer les bornes les plus propices à l’actif sur lequel vous tradez, il peut être utile d’étudier la disparité du RSI sur celui-ci.

Excel est un très bon outil pour cela. Voici un exemple de la disparité du RSI (14 jours) sur le S&P 500, l’Or, l’EURUSD et le Bitcoin :

Evolution du RSI de l'EUR/USD, Bitcoin, S&P 500 et Or

Nous pouvons constater que le RSI du Bitcoin a davantage tendance à aller dans les extrêmes que les autres actifs, ce qui est normal au vu de sa volatilité. Des bornes à 80 et 20 au lieu de 70 et 30 sont donc probablement mieux adaptés avant d’envisager un repli.

Le RSI du S&P 500 évolue plus souvent au-dessus de 50 (62% du temps), ce qui est normal compte tenu du fait que le marché boursier soit structurellement haussier sur du long terme.

La disparité du RSI de l’EUR/USD et de l’Or est beaucoup plus équilibrée et moins volatile. Le RSI de ces deux actifs évolue plus de la moitié du temps entre 40 et 60 ce qui fait des bornes 70 et 30 des bonnes limites de surachat et de survente.