Archives des étiquettes : Formation

Ne cherchez pas à anticiper le point le plus haut/bas parfait

De nombreux traders sont extrêmement fiers d’eux-mêmes lorsqu’ils arrivent à anticiper le plus haut ou le plus bas d’un marché. Personnellement je ne le suis pas. Tout d’abord parce que je pense que qu’avoir le point le plus haut ou le plus bas nécessite un facteur de chance important (qui arrive à se positionner régulièrement au plus haut et au plus bas du marché ?). Mais le plus important, c’est que les traders et investisseurs doivent se concentrer sur la maximisation de leurs profits. En réalité, essayer d’attraper les points de retournement extrêmes diminue les performances. Cela est particulièrement vrai lorsque vous essayez de capturer les creux dans un marché haussier et les sommets dans un marché baissier. Voici pourquoi.

La peur de rater quelque chose (« FOMO »)

Trader et investir est une question de probabilité. Il n’y a pas d’indicateur Saint Graal. Certains traders diront « Je n’achète XXX que si le RSI tombe à 25 ». En faisant cela, ils essaient essentiellement d’attraper le point le plus bas du marché. Mais cette pratique est dangereuse et peut amener le trader à rater une opportunité extrêmement rentable.

Les indicateurs ne peuvent être utilisés que pour se rapprocher du point de retournement du marché. Ils sont loin d’être parfaits et le marché est beaucoup plus compliqué que cela.

Vous raterez beaucoup de trades très profitables si vous essayez d’attraper le point le plus bas lors des phases de correction du marché. Par exemple, supposons que vous cherchez à acheter lorsque le RSI du marché tombe à 25. Que se passe-t-il si le RSI tombe à 26 puis rebondit et inscrit des nouveaux records ? Vous manquerez un trade extrêmement profitable simplement parce que vous voulez attendre que le RSI perde un point de plus.

Certains traders expérimentés vous diront qu’il n’y a rien de mal à rater un trade. C’est vrai, mais dans une mesure limitée. Ne pas profiter de quelques trades profitables n’est pas gênant. Mais si vous ratez souvent les trades rentables parce que vous voulez attraper le point le plus haut/bas, alors cela devient un problème, car vous laissez beaucoup d’argent sur la table.

Une des clés que j’ai pris beaucoup de temps à réaliser est de ne pas attendre la parfaite configuration de trading. Réduisez votre effet de levier et prenez position lorsqu’il y a une bonne configuration de trading car rarement une configuration sera EXTREMEMENT haussière ou EXTREMEMENT baissière.

“If you try to achieve Great, you might not even achieve Good”

Ne cherchez pas à attraper le point bas d’une correction dans un marché haussier

Cela est particulièrement vrai pour les traders qui essaient d’attraper le point bas des corrections dans les marchés haussiers.

Vous devriez vous soucier davantage de ne pas être à l’achat dans une tendance haussière que de vous être positionné à l’achat au mauvais moment. Dans le second cas, vous pouvez simplement attendre que le marché finisse sa correction et rende votre position rentable. En revanche, si vous n’êtes pas à l’achat dans un marché haussier, vous allez devoir attendre très longtemps avant que la prochaine correction survienne.

FOMO S&P 500

Par exemple, imaginez que vous vous attendez à une chute de -10% du marché. Le marché pourrait chuter de -9% et ensuite rebondir. Si cela se produit et que vous vous en tenez obstinément à une cible de -10% avant de rentrer à l’achat, vous manquerez l’opportunité.

Ces types de corrections sont particulièrement répandues dans un marché haussier, mais les marchés haussiers sont portés vers le haut… Cette dynamique haussière peut arrêter une correction plus tôt que vous le pensez. L’inverse étant également vrai dans un marché baissier.

En conclusion, si vous vous attendez à ce que le marché chute, disons de -10%, contentez-vous d’acheter quand le marché est en baisse -8%. Donnez une marge de tolérance à votre scénario afin de ne pas manquer bêtement des opportunités.

Soyez tolérant avec vos indicateurs

Je pense que c’est une bonne idée de laisser une marge de manœuvre à ses indicateurs. Cela éviterait de manquer beaucoup de trades rentables.

Supposons que, historiquement, la correction dans un marché haussier prenait fin lorsque le RSI était inférieur à 22 :

  1. Au lieu d’acheter seulement si le RSI tombe sous 22, laissez une marge de manœuvre à cet indicateur.
  2. Laissez-vous la possibilité d’acheter lorsque le RSI tombe à 25 plutôt que 22.
  3. De cette façon, vous ne manquerez pas des trades bêtement si le marché rebondit lorsque RSI sera à 23. Rien ne vous garantit que dans le futur, le marché ne rebondira pas lorsque le RSI sera à 23 ou 24.

Inversion courbe des taux : Signification et conséquences

L’inversion de la courbe des taux a bel et bien précédé des récessions et d’importants crashs boursiers. Pour autant, ce signal n’est pas magique et a également donné des faux signaux aux investisseurs. Dans cet article nous allons faire le tri de façon statistique entre le vrai et le faux.

La courbe des taux

La courbe des taux est la représentation graphique des taux d’intérêts d’une obligation en fonction des différentes échéances de temps.

Exemple d'une courbe des taux

En temps normal la courbe des taux est orientée vers le haut. Plus l’échéance de l’obligation est longue, plus le rendement est élevé. Cela s’explique par le fait que plus le futur est lointain plus il est incertain. Il présente donc plus de risques de défaut/retard de paiement.

A l’inverse, plus l’échéance de l’obligation est courte, plus le rendement est faible. En effet, il y a moins de risques de dégradation de l’économie sur du court terme que sur du long terme.

Signification d’une inversion de la courbe des taux

Une inversion de la courbe des taux signifie que les rendements des obligations de court terme deviennent supérieurs à ceux de long terme.

Une inversion de la courbe des taux a lieu lorsque les investisseurs achètent davantage d’obligations de long terme que de court terme. Ce signal indique que le marché a plus confiance en la capacité de remboursement de l’entité sur du long terme.

Les causes d’une inversion de la courbe des taux

La courbe des taux a tendance à s’aplatir de plus en plus, puis à s’inverser pendant les périodes où la Fed relève ses taux directeurs. Cela s’explique par le fait que la hausse des taux de court terme augmente de plus en plus les chances d’une récession, ce qui rend les obligations du Trésor de plus en plus attrayantes.

Juste avant que la Fed commence à baisser ses taux, c’est lorsque l’écart de la courbe des rendements est le plus négatif. La courbe des taux remonte ensuite brusquement, car la Fed baisse son principal taux d’intérêt plus rapidement que les rendements obligataires ne baissent.

Inversion courbe des taux et baisse des taux de la Fed

Inversion de la courbe des taux et récession

L’inversion de la courbe des taux est devenue très populaire, car ce signal a précédé plusieurs récessions de l’économie américaine. Généralement, les analystes surveillent la différence de rendement entre l’obligation à échéance 10 ans et celle à 3 mois.

Cette différence de rendement, également appelé spread, signale une inversion lorsqu’elle devient négative (le rendement du 10 ans étant donc inférieur au rendement à 3 mois).

Graphique du « spread » entre le 10 ans et le 3 mois US :

Ecart des taux américain 10 ans - 3 mois

Les investisseurs ne comparent que très rarement le rendement des obligations dont l’échéance est supérieure au 10 ans ou inférieure au 3 mois. Ce sont généralement le rendement des obligations comprises entre les échéances à 3 mois et 10 ans qui sont comparés.

Mais les investisseurs analysent également la différence entre le rendement du 10 ans et celui à 2 ans. La différence entre le rendement du 10 ans et les Fed Funds rate est également surveillé.

Historique des inversions de la courbe des taux

Il est vrai que l’inversion de la courbe des taux a souvent précédé une récession (surtout aux Etats-Unis).

Sur les 7 dernières récessions américaines, le rendement du 10 est devenu inférieur au Fed Funds rate en moyenne 55 semaines avant ces récessions, avec un minimum de 40 semaines et un maximum de 77 semaines.

Graphique du « spread » entre le 10 ans et les Fed Funds rate :

Ecart des taux américain 10 ans - Fed Funds rate

Mais la courbe des taux n’est pas parfaite. Elle a également donné des faux signaux, comme en 1966, 1995 et 1998.

Conséquences sur l’économie d’une inversion de la courbe des taux

L’inversion de la courbe des taux n’est pas un signal magique et n’est pas l’élément qui produit une récession. La courbe des taux n’est qu’une représentation graphique de la confiance des investisseurs sur le marché obligataire.

Il faut savoir que plus les maturités des obligations sont de court terme, plus ils sont influencés par les taux directeurs de la banque centrale. Le rendement du 10 ans américain est quant à lui souvent le taux d’intérêt utilisé par les banques commerciales pour les crédits accordés aux ménages ou aux entreprises américaines.

En théorie, lorsque les rendements de court terme (corrélés au taux de dépôt de la banque centrale) deviennent supérieurs aux rendements de long terme, les banques « cessent » de prêter aux particuliers et aux entreprises.

En effet, les banques commerciales seraient mieux rémunérées à laisser leurs liquidités à la banque centrale plutôt qu’à prêter aux ménages ou aux entreprises. Une inversion de la courbe des taux annoncerait donc un resserrement du crédit, ce qui entraîne inévitablement une récession.

Conséquences sur les marchés financiers d’une inversion de la courbe des taux

Bien qu’une inversion de la courbe des taux ait souvent précédé une crise du crédit et donc des marchés financiers, elle a également émis plusieurs faux signaux comme nous allons le voir à la suite.

Ci-dessous est le pourcentage de fois où le S&P 500 a terminé en hausse selon l’inversion de la courbe des taux et l’horizon de temps après le signal.

Conséquences bourse inversion courbe des taux US

Nous pouvons constater que les performances du S&P sont plus souvent positives que négatives pour le S&P 500 (faute aux faux signaux). Seuls les signaux d’inversion du 10 ans avec le 2 ans US et du 10 ans US avec le taux de la Fed ont donné un signal fiable pour les 3 premiers mois après l’inversion.

Toutes les études dans cet article ont été réalisées sur l’unité de temps mensuelle afin de filtrer une partie des faux signaux.

Voici comment réagissait le S&P 500 quand le rendement du 10 ans devenait inférieur au 2 ans US :

Conséquences bourse inversion courbe des taux 10 ans - 2 ans US

Voici comment réagissait le S&P 500 quand le rendement du 5 ans devenait inférieur au 2 ans US :

Conséquences bourse inversion courbe des taux 5 ans - 2 ans US

Voici comment réagissait le S&P 500 quand le rendement du 10 ans devenait inférieur au 3 mois US :

Conséquences bourse inversion courbe des taux 10 ans - 3 mois US

Voici comment réagissait le S&P 500 quand le rendement du 10 ans devenait inférieur au Fed Funds rate :

Conséquences bourse inversion courbe des taux 10 ans US - Fed Funds rate

Conclusion sur l’inversion de la courbe des taux

D’après l’étude que j’ai pu réaliser, je pense qu’une inversion de la courbe des taux doit être prise au sérieux. Une récession a généralement suivi ce signal, mais le S&P 500 n’a pas tout le temps plongé.

En 1995 et 1998, la courbe des taux s’est inversée à plusieurs reprises sans pour autant précéder de récession ou de crash des marchés boursiers.

En 1995, le S&P 500 a eu le temps de tripler (+200%) avant que la récession débute (6 ans plus tard !).

En 1998, le S&P 500 a chuté de 20% puis a rebondi de 60% avant que la récession débute (3 ans plus tard).

Nous pouvons donc conclure que l’inversion de la courbe des taux n’est pas un signal suffisant pour prédire une récession. Il sera nécessaire d’analyser des indicateurs macroéconomiques afin de filtrer les signaux de la courbe des taux. En effet, il est inutile de prédire une récession si le taux de chômage continue à baisser, que les prix de l’immobilier continuent à monter ou encore que les investissements battent leur plein.

Le guide complet pour trader avec le RSI

Le Relative Strengh Indicator ou plus communément appelé le RSI, est l’un des indicateurs techniques les plus populaires. Les traders l’utilisent la plupart du temps pour anticiper les retournements du prix.

Développé par Willes Wilder, l’un des pionniers de l’analyse technique, l’indicateur RSI représente la proportion des gains par rapport aux pertes sur une période de temps prédéfinie. Son créateur recommande d’utiliser le RSI sur une période de temps de 14 séances. Il peut être utilisé sur des unités de temps inférieures, mais il sera plus volatil.

Interprétations du RSI

Le RSI est un indicateur de momentum qui mesure la proportion du mouvement haussier ou baissier sur une certaine période de temps.

  • Une valeur du RSI au-dessus de 50 indique que les gains moyens sont supérieurs aux pertes moyennes au cours de la période de temps.
  • Dans le cas contraire, lorsque les pertes moyennes sont supérieures aux gains moyens au cours de la période, le RSI évolue en dessous de 50.

Le RSI est un indicateur borné en 0 et 100. Cela veut dire qu’il ne peut ni aller en dessous de 0 ni au-dessus de 100.

  • Une chute de l’indicateur proche de 0 indique que le prix est « survendu ».
  • Une hausse de l’indicateur proche de 100 indique que le prix est « suracheté ».

Le graphique ci-dessous montre l’indicateur RSI de la paire de devises EUR/USD (bleue).

Graphique de l'EUR/USD avec le RSI

Trader avec le RSI

Les excès de momentum

Le RSI permet de signaler les mouvements d’excès du prix. Pour trader les excès de momentum avec le RSI, il suffit de passer « long » lorsque le RSI sort de sa zone de survente et « short » lorsqu’il sort de sa zone de surachat.

Trading RSI survendu ou suracheté

Les divergences de momentum

Les divergences sont des signaux populaires dans le monde du trading. Elles consistent à un changement de direction entre l’indicateur et le prix.

Par exemple, il existe une divergence haussière lorsque le RSI inscrit des sommets de plus en plus bas alors que le prix continue à inscrire des sommets de plus en plus hauts.

A l’inverse, une divergence baissière se produit lorsque le RSI inscrit des creux de plus en plus hauts alors que le prix continue à inscrire des creux de plus en plus bas.

Trader les divergences du RSI

L’inconvénient de ces deux stratégies est le trading à contre-courant. Il est donc beaucoup plus risqué de spéculer sur un renversement du prix que de trader dans le sens de la tendance. De plus, une divergence baissière ou une sortie du RSI de sa zone d’excès peut très bien se produire avant un retournement majeur du prix comme l’entrée dans une période de consolidation.

En effet, le RSI divergera lorsque le prix consolidera après avoir connu un important mouvement, ce qui ne veut pas dire que le prix va se retourner. Une consolidation peut être une étape avant une nouvelle impulsion dans le sens du précédent mouvement.

Il conviendra donc de filtrer les signaux du RSI soit avec d’autres indicateurs, ou de suivre uniquement les signaux qui sont dans le sens de la tendance.

Les deux stratégies présentées sont mieux adaptées aux marchés qui oscillent beaucoup comme la plupart des paires majeures du Forex. Les indices (structurellement haussiers), sont mieux adaptés pour trader les tendances (surtout les indices US).

Trader les tendances avec le RSI

La dernière stratégie consiste à entrer dans le sens de la tendance (qui peut être identifié par la moyenne mobile à 200 jours), lorsque le RSI croise à la hausse 50.

Trader les tendances du DAX avec le RSI

Ces trois stratégies présentées sont les plus connues, mais ne sont pas les seules utilisations possibles. Appliquer les règles de chartisme sur le RSI est également une façon d’avoir des signaux (cassure ligne de tendance du RSI, sortie d’un range, etc).

Problèmes avec le RSI

La sagesse conventionnelle remise en question

  • Beaucoup de traders pensent que parce que le prix est suracheté ou survendu ou qu’il y a une divergence, le prix va rapidement corriger. Ils prennent donc une position à contre-courant et se retrouvent souvent dans une situation inconfortable.

En réalité, le RSI peut rester longtemps « suracheté » ou « survendu » (surtout lorsqu’il vient de sortir d’une longue période de consolidation).

Le RSI peut rester longtemps en excès

Voici ce qui se passe au S&P 500, cours de l’or, pétrole WTI et EUR/USD, lorsque le RSI sort de sa zone de surachat (signal baissier en théorie) :

Performance lorsque RSI suracheté

Sauf pour le WTI, vous pouvez constater que le cours de ces marché a souvent tendance à être haussier les jours après la sortie du RSI de sa zone de surachat…

Voici ce qui se passe au S&P 500, cours de l’or, pétrole WTI et EUR/USD, lorsque le RSI sort de sa zone de survente (signal haussier en théorie) :

Performance lorsque RSI survendu

L’inverse est également vrai lorsque le RSI sort de sa zone de survente. La sagesse conventionnelle suggère un rebond du prix. En réalité, la tendance baissière a davantage tendance à continuer.

Les paramètres du RSI doivent être adaptées à chaque marché

  • Les plateformes de trading et les brokers paramètrent automatiquement deux lignes horizontales pour leurs clients en guise de zone de surachat et de survente (généralement à 70 et 30 respectivement).

es deux limites doivent être considérées avec précaution, car ces limites sont assez subjectives. Pourquoi le prix est « suracheté » lorsque le RSI est à 71, mais pas à 69 ? De plus, le RSI aura tendance à dépasser souvent ces limites sur des actifs volatiles comme les matières premières, les actions ou les cryptomonnaies.

Afin de déterminer les bornes les plus propices à l’actif sur lequel vous tradez, il peut être utile d’étudier la disparité du RSI sur celui-ci.

Excel est un très bon outil pour cela. Voici un exemple de la disparité du RSI (14 jours) sur le S&P 500, l’Or, l’EURUSD et le Bitcoin :

Evolution du RSI de l'EUR/USD, Bitcoin, S&P 500 et Or

Nous pouvons constater que le RSI du Bitcoin a davantage tendance à aller dans les extrêmes que les autres actifs, ce qui est normal au vu de sa volatilité. Des bornes à 80 et 20 au lieu de 70 et 30 sont donc probablement mieux adaptés avant d’envisager un repli.

Le RSI du S&P 500 évolue plus souvent au-dessus de 50 (62% du temps), ce qui est normal compte tenu du fait que le marché boursier soit structurellement haussier sur du long terme.

La disparité du RSI de l’EUR/USD et de l’Or est beaucoup plus équilibrée et moins volatile. Le RSI de ces deux actifs évolue plus de la moitié du temps entre 40 et 60 ce qui fait des bornes 70 et 30 des bonnes limites de surachat et de survente.