Archives des étiquettes : analyse technique

Le début d’un nouveau bull-market ?

Les opinions divergent chez les experts sur la vitesse de la reprise économique. Certains tablent sur une reprise en V tandis que d’autres tablent sur une reprise en « aile d’oiseau ».

Malgré ces divergences, il semblerait que l’avenir des marchés boursiers soit déjà scellé. Evidemment, le terme est un peu exagéré, car rien n’est certain en bourse. Néanmoins, deux signaux techniques rares et particulièrement fiables ont récemment signalé le début d’un bull-market (marché haussier). Ces deux signaux sont basés sur ce qu’on appelle la « participation » du marché dans le jargon de l’analyse technique (breadth indicators en anglais).

Les indicateurs de « participation » (également appelés indicateurs d’étendue/de largeur) ne dépendent pas de l’évolution du prix d’un indice boursier, mais des actifs sous-jacents. Les indicateurs de participation les plus connus sont sans doute la ligne d’Avancée/Déclin (Advance/Decline Line) et l’indicateur On-Balance Volume (OBV).

Les signaux provenant d’indicateurs de participation indiquant le début d’un bull-market sont souvent appelés « breadth thrust ». La traduction française « poussée de respiration » n’est pas utilisée à ma connaissance.

Breakaway Momentum – Walter Deemer

Les deux signaux signalant un nouveau bull-market ont eu lieu à quelques jours d’intervalle début juin. Le premier est celui intitulé « Breakaway Momentum », popularisé par Walter Deemer. Le signal haussier est donné lorsque le nombre total d’avancées sur le NYSE a été en moyenne 1,97 fois supérieur au nombre total de déclins pendant 10 séances (en savoir plus sur la configuration).

En d’autres mots, il faut en moyenne deux fois plus d’actions qui avancent chaque jour que d’actions qui reculent sur une période de 10 jours.

Ce signal est rare, car il faut une pression acheteuse importante pendant plusieurs jours et une pression vendeuse faible lors des inévitables séances de replis qui ont lieu sur une période de 10 séances (2 semaines). Depuis 1945, ce signal n’a eu lieu que 24 fois (soit en moyenne une fois tous les 3 ans).

Signal bull-market Breakway momentum Walter Deemer
Source graphique : walterdeemer.com

Comme vous pouvez le constater ci-dessus, ce signal a souvent eu lieu après d’importantes corrections du marché boursier (comme en 2009). Si nous analysons ce signal d’un point de vue quantitatif, nous constatons qu’il était bullish sur tous les horizons de temps, mais en particulier sur le long terme. Après ce signal, le S&P 500 était en hausse 92% du temps un an plus tard et une fois sur deux de plus de 14%.

Etude du signal Breakaway Momentum
Etude réalisée par Valentin Aufrand (Eros-Trading)

McClellan Summation Index

Le second signal technique provient de l’indicateur McClellan Summation Index (Ratio Adjusted). L’indicateur qui a chuté sous -1000 lors du crash du marché en mars a donné un signal haussier de long terme en rebondissant au-delà de +1000 en juin.

L’indicateur McClellan Summation Index est assez complexe à calculer. Pour faire simple, il correspond à la somme des différences quotidiennes entre le nombre d’avancées et de déclins sur le NYSE (en savoir plus sur l’indicateur). Etant donné que le nombre d’actions listées sur le NYSE a bien évolué depuis 1960, l’indicateur est ajusté selon le nombre d’actions listées afin que le signal d’aujourd’hui soit cohérent avec ceux il y a 20, 30 ou 40 ans.

McClellan Summation Index signal bull-market
Source graphique : @mark_ungewitter (Twitter)

Lorsque l’indicateur passait de -1000 à +1000, nous constatons que ce signal était également bullish sur tous les horizons de temps. Lorsque ce signal avait lieu, le S&P 500 était systématiquement en hausse un an plus tard et une fois sur deux de plus de 13%.

Etude McClellan Summation Index
Etude réalisée par Valentin Aufrand (Eros-Trading)

Le point commun de ces deux signaux est qu’ils ont souvent eu lieu après des grosses corrections du marché (=> après des récessions). C’est normal puisqu’un nouveau bull-market est souvent signalé par une très forte poussée de l’ensemble du marché. Les récents signaux invitent donc à adopter des perspectives haussières pour les 6-12 prochains mois.

Remarque

Les indicateurs de participation traitent les actions équitablement, donc les GAFAM n’ont pas de poids supérieur à d’autres dans ces indicateurs. Etant donné qu’il y a actuellement environ 3000 sociétés cotées sur le NYSE, il faut donc un très grand nombre d’actions en hausse pour déclencher les signaux étudiés (pas seulement quelques sociétés).

Conclusion

Pour avoir backtester plusieurs centaines de signaux, les deux que je viens d’énumérer sont probablement ceux qui présentent les meilleurs track records. Les signaux donnent des probabilités de hausse du marché importantes et sur tous les horizons de temps.

Cela dit, il convient de préciser que ce ne sont pas les signaux qui provoquent un bull-market. Ces témoignent seulement d’une très grande poussée du marché, et qui dans le passé se produisaient au début des nouveaux marchés haussiers.

Etant donné que cette crise est tellement différente des autres (elle n’est pas provoquée par une défaillance du système économique ou financier), l’évolution des marchés boursiers dépendra essentiellement de l’évolution de la sanitaire. Une refermeture des économies menacerait évidemment les marchés boursiers d’une nouvelle correction.

Néanmoins, je crois qu’il est préférable de suivre les signaux/les faits, qu’ils soient de nature technique ou macroéconomique, plutôt qu’essayer de deviner ce qui va se passer dans 6 mois. Les marchés se chargent déjà d’anticiper ce qui va se passer ces prochains mois (et le font plutôt bien!).

Analyse des marchés: McClellan Summation Index, A/D Line, Arms Index, Volatilité

Depuis plus d’un mois, les indicateurs étudiés sont le plus souvent en faveur d’une hausse du marché boursier. Cela est toujours le cas dans cette dernière analyse des marchés. Techniquement, le S&P 500 continue de plafonner sous ses plus hauts historiques inscrits à 3025 points (prix de clôture) en juillet.

Graphique du cours du S&P 500 au 22/09/19

Indicateurs étudiés dans cette analyse des marchés :

  • Volatilité
  • A/D Line
  • Arms Index
  • McClellan Summation Index
  • Crossover

Volatilité

Alors que septembre est « censé » être volatil, les deux dernières semaines ont été tout sauf volatiles.

Volatilité journalière S&P 500

6 des 10 dernières séances, le S&P a clôturé à moins de 0,1% de sa clôture de la veille.

Dans un scénario de faible volatilité, le S&P a tendance à progresser à court terme. Ce qui est également intéressant, c’est que ce signal n’était jamais arrivé en septembre auparavant.

Analyse marché quand volatilité journalière du S&P 500 est inférieure à 0,1% pendant 6 séances au cours des 10 dernières

A/D Line

L’Advance/Decline a commencé à dépasser ses sommets historiques inscrits en juillet le 30 août contrairement au S&P 500 qui se situe toujours en dessous.

Graphique du cours de l'Advance/Decline Line au 22/09/2019

En effet, le S&P continue de plafonner sous ses sommets. Dans le passé, lorsque l’A/D Line inscrivait un nouveau record et y restait au-dessus pendant 12 séances tandis que le S&P restait sous ses sommets, le marché boursier avait très souvent tendance à rejoindre la tendance de l’A/D Line les semaines suivantes.

Analyse marché quand l'Advance/Decline Line inscrit des nouveau records depuis 12 séances contrairement au S&P

Arms Index

L’Arms Index est un indicateur de court terme utilisé pour évaluer le sentiment général du marché boursier.

La moyenne mobile des 10 derniers jours est actuellement très haut.

Graphique du cours de l'Arms Index au 22/09/2019

Il est tentant de voir cela comme un signal baissier à court terme pour le marché boursier. Cependant, ce n’est pas toujours le cas. Voici ce qui se passe du côté du S&P 500 lorsque la moyenne mobile à 10 jours de l’Arms Index est supérieure à 1,25 depuis 3 séances.

Analyse marché quand la MM 10 séances de l'Arms Index est supérieure à 1,25

Les rendements sont haussiers mais pas exceptionnels contrairement à l’étude précédente et la suite.

McClellan Summation Index

L’indice de sommation McClellan, qui donne un aperçu à long terme de l’ampleur du marché, est positif depuis 169 jours. Actuellement à 760 (nettement au-dessus de zéro), il est peu probable que cette série se termine de sitôt.

Graphique du cours du McClellan Summation Index au 22/09/2019

Une série positive si longue a tendance à se produire après que la bourse a procédé à une correction importante. C’est exactement ce que nous avons connu en fin d’année dernière. À chaque fois que le marché boursier commence à chuter (et que le McClellan Summation Index commence à baisser), puis que le marché boursier rebondit rapidement et atteignant de nouveaux sommets, l’indice McClellan Summation remonte également.

Quoi qu’il en soit, ces longues séries positives étaient généralement favorables aux actions au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Analyse marché quand le McClellan Summation Index était positif pendant 169 jours

Crossover MM20 & MM50

La moyenne mobile à 20 séances a clôturé au-dessus de la moyenne mobile à 50 séances la semaine dernière. Ce « Golden Crosses » est signe d’un momentum haussier à court terme.

Croisement moyenne mobile 20 séances et moyenne mobile 50 séances

Dans le passé, lorsque ce crossover avait lieu après 23 séances et que la MM20 évoluait au-dessus de la MM200 séances, le S&P 500 progressait extrêmement souvent les semaines et mois après ce crossover (80% du temps).

Analyse marché quand la MM20 croise à la hausse la MM50 au-dessus de la MM200

Conclusion de l’analyse des marchés

Les différents indicateurs techniques étudiés sont en faveur d’une poursuite de la hausse du S&P 500.

Évidemment, l’actualité sur les négociations commerciales entre Pékin et Washington devrait rester au centre des attentions.

L’analyse fondamentale ne suggère pas de récession américaine à venir au cours des prochains mois. Au plus tôt, une récession américaine pourrait avoir lieu en 2020, mais seule une importante dégradation de la macro américaine me permettrait d’affirmer ce scénario.

Pourquoi combiner l’analyse technique et l’analyse fondamentale pour trader ?

Qu’est-ce qui est le plus efficace pour investir : l’analyse technique ou l’analyse fondamentale? De nombreux investisseurs se retrouvent dans un camp ou dans un autre et soutiennent que seul l’un ou l’autre est le véritable moyen d’investir. Vous avez probablement vu et pris part aux arguments autour de ceux-ci. Alors, quelle est réellement la méthode la plus efficace ? Ma réponse : les deux combinés !

Ni l’analyse technique ni l’analyse fondamentale n’est le Saint Graal

Pour commencer, ni l’analyse fondamentale ni l’analyse technique n’est le Saint Graal. Les traders ont tendance à s’enfoncer dans le style d’analyse qu’ils ont utilisée lorsqu’ils ont débuté à trader. Si le trader gagne ses premiers gains sur les marchés via l’analyse des prix, il finit généralement par devenir un « pro-technicien » utilisant exclusivement l’analyse technique. A l’inverse, s’il réalise ses premiers gains grâce à l’analyse fondamentale, il finit généralement par devenir un « pro-macro » utilisant exclusivement l’analyse fondamentale. 

Mais la réalité, c’est que le Saint Graal n’existe pas dans le monde du trading. La psychologie humaine – la cupidité et la peur – anime les marchés financiers. Le trading n’est pas une science parce que la psychologie humaine est un mélange de science et d’art.

Le trading est comme la vieille histoire des trois aveugles et de l’éléphant. Chaque trader se fait sa propre idée du marché selon ce qu’il aperçoit, tout comme chacun des aveugles a sa propre idée de ce qu’est un éléphant. Alors, pourquoi voudriez-vous délibérément vous aveugler de certaines données en ignorant les autres aspects du marché ?

Les traders purement techniques manquent de données fondamentales utiles et les traders fondamentaux passent à côté de signaux techniques très utiles. N’oubliez pas qu’avoir plus d’informations est préférable à moins d’informations

Il est plus courant que les traders professionnels soient de purs techniciens plutôt que des fondamentalistes. Les traders qui disent que « le prix est tout » sont trop paresseux pour vraiment comprendre et apprendre les fondamentaux. Qu’on le veuille ou non, l’analyse fondamentale est beaucoup plus difficile, fastidieuse à apprendre que l’analyse technique. C’était en tout cas le cas pour moi.

L’analyse technique et l’analyse fondamentale sont utilisées différemment

L’analyse fondamentale et l’analyse technique sont utilisées pour deux choses différentes parce qu’elles sont utilisées par deux catégories différentes d’investisseurs et de traders.

L’analyse fondamentale

l'analyse fondamentale des marchés boursiers est plus importante sur le long terme

Les grands acteurs du marché utilisent les fondamentaux : les grands hedge funds, les investisseurs institutionnels, les fonds de pension, etc. Ces acteurs ne peuvent pas « acheter la moyenne mobile à 200 jours », car ils influenceraient le marché dû au manque de liquidités. Leur taille les oblige à prendre plusieurs positions au lieu d’une seule grande, ce qui est contraignant pour utiliser les signaux d’analyse technique. Ils ne sont pas assez petits pour entrer et sortir quand ils veulent.

Ces grands investisseurs conservent leurs positions sur du moyen et long terme, car ils ont besoin de beaucoup de temps pour entrer et sortir du marché. Ils ne peuvent pas profiter des petites fluctuations à court terme du marché.

Par conséquent, ces grands investisseurs ont une réelle influence sur l’orientation de moyen et long terme des marchés. Ils utilisent des principes fondamentaux pour prendre des décisions et effectuer ces transactions de moyen et long terme.

Même les traders de court terme doivent connaître la direction de moyen et long terme du marché sur lequel ils tradent compte tenu du fait que :

  • Le marché monte plus souvent qu’il ne baisse dans une tendance de long terme haussière.
  • Le marché baisse plus souvent qu’il ne monte dans une tendance de long terme baissière.

Le trading n’est qu’une question de probabilité. Les chances seront contre vous si vous tradez à l’encontre de la tendance de fond. Vous devez donc comprendre les fondamentaux pour connaître la tendance à long terme du marché.

Beaucoup de traders considèrent les principes fondamentaux comme un ensemble de théories du complot. Ils « adaptent » les fondamentaux à leur vision du marché. Concentrez-vous sur les données. Ignorer les opinions non fondées.

L’analyse technique

analyse technique est plus important sur du court terme

L’analyse technique a tendance à être utilisée par les plus petits acteurs du marché, car ces traders ont généralement des connaissances moins solides des fondamentaux. Comprendre les fondamentaux prend des années et demande des efforts. Or beaucoup ne se donnent pas la peine d’étudier en profondeur. Ils croient en la « sagesse » conventionnelle en ce qui concerne les fondamentaux, mais cette « sagesse » a plus souvent tendance à être fausse que vrai. Par exemple, la grande majorité des traders pensent que la hausse des taux d’intérêt a un impact baissier sur les actions, or l’histoire nous prouve le contraire. Sans vouloir dénigrer quiconque, n’importe qui peut dessiner des lignes de support et de résistance sur un graphique ou repérer un double top. Pour lire les fondamentaux, il faut avant tout les comprendre et donc les étudier en profondeur (pour avoir un réel avantage).

L’avantage d’être un trader particulier, c’est d’avoir la possibilité d’entrer et de sortir du marché n’importe quand. Etant donné que la taille de votre position est petite, vous ne rencontrez pas de problème de liquidités (dans 99% des cas).

Cependant, les traders particuliers doivent sans doute passer plus de temps à étudier les signaux d’analyse technique. En faisant cela, j’ai identifié des réelles différences entre la théorie (ce que nous pouvons lire sur internet et dans des livres best-seller) et la pratique. 

Ensemble, ces traders de court terme sont suffisamment importants pour avoir un impact sur la direction de court terme des marchés. C’est pourquoi l’analyse technique est plus fiable que l’analyse fondamentale pour le trading de court terme.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, l’analyse fondamentale et l’analyse technique présentent des défauts. Cependant, l’analyse technique peut être utilisée pour compenser les défauts de l’analyse fondamentale, et vice-versa. Les meilleurs traders et investisseurs combinent les deux.

L’analyse fondamentale ne peut pas être utilisée pour choisir un prix d’entrée et de sortie. Il peut vous donner une indication générale : ACHETER ou VENDRE, mais ne peut pas vous dire quand précisément acheter. C’est là qu’intervient l’analyse technique.

De plus, les fondamentaux du marché ne sont parfois pas clairs ou neutres, ce qui peut provoquer une consolidation du marché. L’analyse technique fonctionne mieux pendant ces phases du marché.

En revanche, l’analyse technique a un gros défaut. L’analyse technique a tendance à devenir moins fiable que les fondamentaux lorsque ces derniers convergent dans la même direction. Par exemple, l’économie et les bénéfices des entreprises étaient en forte croissance en 2017. Le marché n’a cessé de grimper et a ignoré tous les signaux techniques de vente.

Mon conseil est donc que vous devez connaître au moins les grands principes de la méthode d’analyse que vous ne suivez pas afin de pouvoir avoir une vision plus complète du marché.

Dans le cas ou vous voudriez être un pur technicien ou un pur fondamentaliste, vous devez devenir un expert dans le domaine pour avoir un réel avantage sur les autres opérateurs de marché. Lire le RSI, tracer des lignes ne suffiront pas pour surperformer les marchés sur le long terme. Rappelez-vous que les marchés ne sont plus du tout similaires aux années 70. Les marchés sont devenus plus complexes, plus difficiles à négocier.

Pour savoir concrètement comment vous pouvez utiliser les deux méthodes d’analyse, je vous invite à lire mon article : STRATÉGIES DE SUIVI DE TENDANCE, AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

Analyse des marchés: S&P500, Obligations et Sentiment investisseurs

Dans cette analyse des marchés, nous allons étudier une liste d’indicateurs dans le but de prédire avec le plus de précision possible le prochain mouvement le plus probable du S&P 500 malgré la complexité de prédire les marchés sur du court terme (< 3 mois).

La précédente analyse des marchés était en faveur d’un rebond des indices boursiers. Par chance, le S&P 500 a mis fin à sa consolidation de 4 semaines en y sortant par le haut. Ce regain d’optimisme des investisseurs peut s’expliquer par l’annonce de la reprise des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis à partir d’octobre, mais également l’important pessimisme des marchés au cours des précédentes semaines.

Analyse technique du cours du S&P 500

La semaine dernière, l’Advance/Decline Line (AD Line) du NYSE a confirmé son signal haussier en continuant d’inscrire des nouveaux records. Certains analystes indiquent que ce sont uniquement les GAFA qui tirent le S&P 500 vers le haut. Bien que ces entreprises surperforment en effet la plupart des indices, les nouveaux records de l’AD Line nous indiqueNT que c’est la majorité de la côte qui continue à progresser.

Pour cette semaine, nous allons étudier les indicateurs suivants :

  • Le S&P 500
  • Le sentiment des particuliers
  • Rendement du S&P 500
  • Les obligations

S&P 500

Non seulement le S&P 500 a inscrit un plus haut de 4 semaines, mais il a également clôturé au-dessus de sa moyenne à 50 séances. Cela faisait 18 séances que le S&P 500 évoluait entre ses moyennes mobiles à 50 et 200 semaines.

Dans le passé, lorsque le S&P 500 consolidait aussi longtemps, il avait largement tendance à continuer à progresser les semaines après le breakout :

Analyse du S&P 500 avec ses moyennes mobiles à 50 et 200 séances

Sentiment des particuliers

L’American Association of Individual Investors (AAII) est une association américaine à but non lucratif qui publie le sentiment des investisseurs particuliers. La théorie veut que les particuliers soient en retard, car ils seraient les moins bien informés. Par conséquent, lorsque le sentiment des particuliers est trop pessimiste, cela devrait être un signal haussier pour les marchés.

La semaine dernière, la moyenne à 5 semaines de l’AAII-Bulls (moyenne à 5 semaines des particuliers bullish) est tombé à 25%. La moyenne à 5 semaines de l’AAII-Bears a quant à elle augmenté à 42%, ce qui veut dire que les investisseurs sont davantage bearish que bullish.

Dans le passé, lorsque la moyenne à 5 semaines de l’AAII-Bulls tombait en dessous de 25,25%, le S&P 500 avait largement tendance à progresser les semaines après ce signal.

Etude du sentiment des investisseurs particuliers avec le sondage de l'AAII

Rendement du S&P 500

Avec la charge des investisseurs sur les obligations, les rendements des coupons ont chuté ces dernières semaines. Le rendement des dividendes du S&P 500 est dorénavant supérieur au taux du 10 ans US. En effet, alors que le 10 ans US est actuellement de 1,57%, le rendement du S&P 500 est d’environ 2%.

Cette meilleure rémunération du S&P 500 donne un avantage de poids pour le marché actions. Dans le passé, lorsque le rendement des dividendes du S&P 500 devenait supérieur au taux du 10 ans US, le S&P 500 avait largement tendance à rebondir les mois après ce signal.

Rendement du S&P 500 supérieur au obligations américaines

Les obligations

En parlant du retour en masse des investisseurs sur le marché obligataire, le RSI mensuel du taux 10 ans US a clôturé sous 30 en août. Une première depuis 2012 et qui dans le passé signait souvent la fin d’une correction des indices comme nous pouvons le constater ci-dessous.

Etude de l'influence des obligations sur le S&P 500

La semaine dernière, les investisseurs ont commencé à se retirer un peu du marché obligataire. Cependant, le momentum acheteur reste encore important. Le taux du 10 ans US est en dessous de sa moyenne mobile à 50 séances depuis 99 jours.

Nombre de jours du 10 ans US sous sa moyenne à 50 séances

Dans le passé, le S&P 500 avait tendance à reculer les semaines après ce signal, mais était le plus souvent en hausse les mois après.

Analyse du S&P 500 lorsque le taux du 10 ans US est en dessous de sa moyenne à 50 jours depuis 99 séances.

Conclusion

Les différents indicateurs techniques étudiés dans cette analyse des marchés sont en faveur d’une poursuite de la hausse du S&P 500. Les nouveaux records de l’AD Line suggèrent des nouveaux records du S&P 500.

Évidemment, l’actualité sur les négociations commerciales entre Pékin et Washington devrait rester au centre des attentions.

Toutefois, l’analyse fondamentale ne suggère pas de récession américaine à venir au cours des prochains mois. Dans le meilleur des cas, une récession américaine pourrait avoir lieu en 2020, mais seule une importante dégradation de la macro américaine me permettrait d’affirmer ce scénario.

Revue des marchés: Etudes du ratio Put/Call, Advance/Decline Line et confiance des consommateurs

Dans cet article, nous allons étudier une liste d’indicateurs dans le but de prédire avec le plus de précision possible le prochain mouvement le plus probable du S&P 500 malgré la complexité de prédire les marchés sur du court terme (< 3 mois).

Cela fait maintenant quatre semaines que les principales bourses consolident. La semaine dernière, les investisseurs ont été une nouvelle fois perturbés par l’escalade des menaces tarifaires entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi que l’inversion de la courbe des taux américains. Le S&P 500 a clôturé dans le vert mais a continué à consolider dans son range compris entre 2950 et 2825 points.

Analyse du cours du S&P 500

Indicateurs étudiés dans cet article :

  • Le Ratio Put/Call
  • L’advance/Decline Line
  • L’indice de confiance des consommateurs
Lire la suite

Revue des marchés: Etudes du ratio Cuivre / Or, du VIX et de l’indice coïncident de la Fed de Philadelphia

Dans cet article, nous allons étudier une liste d’indicateurs dans le but de prédire avec le plus de précision possible le prochain mouvement le plus probable du S&P 500 malgré la complexité de prédire les marchés sur du court terme (< 3 mois).

Analyse technique du cours du S&P 500
Graphique journalier du cours du S&P 500 réalisé sur la plateforme TradingView

Cela fait maintenant trois semaines que les principales bourses consolident. La semaine dernière, les investisseurs ont été une nouvelle fois chahuté par l’escalade des menaces tarifaires entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi que l’inversion de la courbe des taux américaine. Le S&P 500 a continué à consolider dans son range compris entre 2950 et 2825 points.

Indicateurs étudier dans cet article :

  • Le ratio Cuivre / Or
  • L’Indice coïncident de la Fed de Philadelphia
  • Le VIX

Ratio Cuivre / Or

Les investisseurs se sont couverts sur les actifs refuges ces dernières semaines, poussant même l’or à revenir à ses niveaux les plus élevés depuis 2013. Le ratio Cuivre / Or est intéressant, car cette force relative donne un aperçu de la psychologie des intervenants du marché.

Lorsque ce ratio est en hausse, nous pouvons supposer que le marché est enclin à prendre des risques. A l’inverse, lorsque ce ratio est en baisse, nous pouvons supposer que le marché est enclin à se couvrir.

Evolution du ratio Cuivre / Or
Graphique du ratio Cuivre / Or

Le ratio cuivre / or est en baisse de plus de 25% sur une année glissante. La dernière fois que cela est arrivé était en septembre 2016. Un tel phénomène était très souvent baissier pour le S&P 500 les semaines suivant ce signal.

Voici ce qui se passait au S&P 500 lorsque le ratio Cuivre / Or est en baisse de plus de 25% sur une année glissante :

Performance du S&P 500 lorsque le ratio cuivre / or est en baisse de plus de 25% sur une année

Pour autant, ce phénomène n’était pas haussier pour l’or les semaines suivant ce signal. Les performances du cours de l’or étaient neutres/négatives.

Voici ce qui se passait au cours de l’or lorsque le ratio Cuivre / Or est en baisse de plus de 25% sur une année glissante :

Performance du cours de l'or lorsque le ratio cuivre / or est en baisse de plus de 25% sur une année

Indice coïncident de la Fed de Philadelphia

L’indice coïncident de la Fed de Philadelphia est ressorti à 56 pour le mois de juillet, soit en baisse par rapport à juin (86). Dans le passé, lorsque cet indicateur passé sous 60 pour la première fois en un an, les performances du S&P 500 étaient plus souvent haussières.

Voici ce qui se passait au S&P 500 lorsque l’indice coïncident de la Fed de Philadelphia baissait sous 60 pour la première fois en un an :

Performance du S&P 500 lorsque l'indice coïncident de la Fed de Philadelphia baisse sous 60

Toutefois, comme beaucoup d’indicateurs macroéconomiques, nous retrouvons des résultats contrastés entre les périodes avant 2000 et après 2000. Depuis le début des années 2000, l’indice donne des perspectives baissières du S&P 500 de 6 mois à 2 ans après le signal. Avant 2000, le signal était bullish pour le S&P 500.

VIX

Preuve que le marché est très nerveux et ne sait pas vraiment où se diriger à court terme, l’indice de la peur a bondi de plus de 10% à 6 reprises au cours des 20 dernières séances. Phénomène similaire à mai dernier avant que le S&P inscrive des nouveaux records.

Performance journalière du VIX
Graphique de la performance journalière du VIX

Dans le passé lorsque le VIX bondissait de plus de 10% à 6 reprises au cours des 4 dernières semaines, le S&P avait très souvent tendance à rebondir la semaine d’après (84% du temps).

Voici ce qui se passait au S&P 500 lorsque le VIX bondissait de plus de 10% pendant au moins 6 séances sur les 20 dernières :

Performance du S&P 500 lorsque le VIX bondit de plus de 10% à 6 reprises au cours des 20 dernières séances.

Conclusion

Les indicateurs étudiés ne nous aident pas plus que les grands-titres des médias pour prendre des décisions de court terme. Le ratio cuivre / or suggère une baisse du S&P 500 cette semaine tandis que les récents mouvements du VIX suggèrent un rebond.

Personnellement, je pense que le marché va probablement inscrire un nouveau creux plus bas que celui du début du mois. Lorsque le S&P 500 baisse d’au moins 5%, il a plus souvent tendance d’entreprendre une nouvelle jambe de baisse (après une courte consolidation) que de rebondir jusqu’à ses sommets. L’évolution du S&P 500 la semaine prochaine devrait une nouvelle fois fortement dépendre de l’évolution de la courbe des taux, des tensions commerciales et des publications macroéconomiques majeures.

Depuis le début du bull market (2009-aujourd’hui), le marché corrige le plus souvent sous forme de zigzag (2/3 du temps).

D’un point de vue de long terme, les indicateurs macroéconomiques avancés de l’économie américaine ne suggèrent pas de récession au cours des prochains mois. Le S&P 500 pourrait donc inscrire des nouveaux records au cours des prochains mois.

Revue des marchés: retour des investisseurs sur les indices?

Dans cet article, nous allons étudier une liste d’indicateurs dans le but de prédire avec le plus de précision possible le prochain mouvement le plus probable du S&P 500 malgré la complexité de prédire les marchés sur du court terme (< 3 mois).

Supports et résistances clés du S&P 500 : (graphique TradingView)

Analyse technique du S&P 500

Les investisseurs étaient indécis la semaine dernière probablement en raison des différentes décisions de Donald Trump sur le plan commercial. Les marchés ont commencé la semaine en panique après l’annonce inattendue du président américain de la mise en place de 10% de tarifs douaniers supplémentaires sur l’ensemble des marchandises chinoises si les négociations commerciales avec la Chine n’avançaient pas. Donald Trump a rassuré les marchés quelques jours après en annonçant le report de ces tarifs sur certaines marchandises au 15 décembre.

Indicateurs étudier dans cet article :

  • Le ratio S&P/Gold
  • L’écart relative du VIX avec sa moyenne à 10 séances
  • Le ratio Put/Call

Ratio S&P/Gold

Avec toutes les incertitudes, les actifs risqués comme les actions ont chuté au cours des dernières semaines alors que les actifs refuges comme l’or et les obligations ont fortement grimpé, atteignant même des niveaux records. Le ratio S&P/Gold a même chuté à son plus bas niveau depuis décembre 2018, avant que le S&P 500 rebondisse de plus de 20%.

Le RSI du ratio S&P/Gold est même dans sa zone de survente (< 30) pour la première fois en 6 mois, le S&P 500 chutait souvent la semaine suivante (=> la semaine dernière), mais rebondissait la plupart du temps les semaines d’après.

Qu’est ce qui arrive au S&P 500 lorsque le RSI du ratio S&P/Gold est inférieur à 30 pour la première fois depuis 6 mois :

Ratio S&P500 / Cours de l'or

Quant au cours de l’or, il avait davantage tendance à reculer/consolider les semaines suivantes.

Qu’est ce qui arrive au cours de l’or lorsque le RSI du ratio S&P/Gold est inférieur à 30 pour la première fois depuis 6 mois :

Ratio S&P500 / Cours de l'or 2

Ecart relatif VIX/Moyenne mobile à 10 séances

Preuve des récentes incertitudes des investisseurs sur les marchés, le VIX a bondi plusieurs mois au-dessus de sa moyenne à 10 séances. Toutefois, l’écart relatif entre le VIX et sa moyenne mobile à 10 séances a chuté lors des trois dernières séances, passant de plus de 30% à moins de -5%.

Lorsque le S&P 500 était à moins de 10% de ses sommets historiques, ce signal était largement en faveur d’une hausse du S&P 500 les semaines suivantes.

Qu’est ce qui arrive au S&P 500 lorsque l’écart relatif du VIX avec sa moyenne mobile à 10 séances passe de +10% à -5% en trois jours alors que le S&P est à moins de 10% de ses sommets :

Ecart relatif du VIX avec sa moyenne mobile à 10 séances

Ratio Put/Call

La moyenne à 5 séances du ratio Put/Call de la CBOE est supérieure à 1 depuis plus de 11 jours, ce qui indique que les investisseurs sont toujours en train de se couvrir à la baisse plutôt qu’anticiper un rebond.

Dans le passé, lorsque la moyenne à 5 séances du ratio Put/Call était supérieure à 1 pendant 11 jours, le S&P 500 continuait de baisser la semaine suivante, mais rebondissait les semaines d’après.

Qu’est ce qui arrive au S&P 500 lorsque la moyenne à 5 séances du ratio Put/Call est supérieure à 1 depuis 11 jours :

Moyenne à 5 séances du ratio Put/Call

Conclusion

Les perspectives techniques pour cette semaine sont assez indécises, mais le biais de moyen terme est en faveur d’un rebond.

Je pense qu’il est possible que le S&P 500 inscrit un creux plus bas que celui du 5 août.

Actuellement en consolidation entre 2940 et 2825 points, le S&P 500 contredirait mon opinion s’il venait à sortir par le haut de son range. Dans le cas d’une sortie par le bas, nous pourrions nous attendre à un nouveau test du S&P de sa moyenne mobile à 200 séances.

SP 500 : Retour au sommet ou nouvelle correction ?

Bien que le court terme soit moins prévisible que le long terme (le long terme étant corrélé à la macroéconomie), certaines configurations techniques de court terme peuvent donner des indications sur le mouvement qui peut suivre.

SP 500 : V-bottom ou zigzag ?

Après avoir corrigé (> 5% de baisse), les indices ont tendance à rebondir de 38 à 50% du précédent mouvement baissier avant de compléter une des deux configurations suivantes:

  • Un V bottom => Retour de l’indice à ses sommets (1/3 du temps dans ce bull market)
  • Une nouvelle vague de baisse => l’indice corrige à nouveau et inscrit un creux plus bas que celui de la première vague (2/3 du temps dans ce bull market)

Statistiquement, c’est la deuxième configuration qui a le plus souvent lieu.

En juin 2013, le S&P 500 a chuté, a rebondi puis a à nouveau chuté avant d’inscrire des nouveaux plus hauts.

En février 2014, le S&P a chuté puis a immédiatement rebondi et inscrit des nouveaux records.

En octobre 2014, le S&P a chuté puis a immédiatement rebondi et inscrit des nouveaux records.

Graphique du cours du S&P 500 de 2013 et 2014.

En janvier 2018, le S&P a rebondi puis a à nouveau chuté avant d’inscrire des nouveaux plus hauts.

En octobre 2018, le S&P a rebondi puis a à nouveau chuté avant d’inscrire des nouveaux plus hauts.

Graphique journalier du S&P 500 depuis janvier 2018

Les séances d’aujourd’hui et de mardi devraient donc être décisives, car après avoir rebondi pendant une semaine, le S&P pourrait soit confirmer le rebond en continuant de progresser (V-bottom) ou débuter une nouvelle vague baissière (zig zag).

L’analyse technique met en évidence une ligne de tendance haussière ayant servi de support depuis le creux de février 2018. Cette ligne de support serait l’objectif si l’indice commençait à nouveau à chuter.

Le guide complet pour trader avec le RSI

Le Relative Strengh Indicator ou plus communément appelé le RSI, est l’un des indicateurs techniques les plus populaires. Les traders l’utilisent la plupart du temps pour anticiper les retournements du prix.

Développé par Willes Wilder, l’un des pionniers de l’analyse technique, l’indicateur RSI représente la proportion des gains par rapport aux pertes sur une période de temps prédéfinie. Son créateur recommande d’utiliser le RSI sur une période de temps de 14 séances. Il peut être utilisé sur des unités de temps inférieures, mais il sera plus volatil.

Interprétations du RSI

Le RSI est un indicateur de momentum qui mesure la proportion du mouvement haussier ou baissier sur une certaine période de temps.

  • Une valeur du RSI au-dessus de 50 indique que les gains moyens sont supérieurs aux pertes moyennes au cours de la période de temps.
  • Dans le cas contraire, lorsque les pertes moyennes sont supérieures aux gains moyens au cours de la période, le RSI évolue en dessous de 50.

Le RSI est un indicateur borné en 0 et 100. Cela veut dire qu’il ne peut ni aller en dessous de 0 ni au-dessus de 100.

  • Une chute de l’indicateur proche de 0 indique que le prix est « survendu ».
  • Une hausse de l’indicateur proche de 100 indique que le prix est « suracheté ».

Le graphique ci-dessous montre l’indicateur RSI de la paire de devises EUR/USD (bleue).

Graphique de l'EUR/USD avec le RSI

Trader avec le RSI

Les excès de momentum

Le RSI permet de signaler les mouvements d’excès du prix. Pour trader les excès de momentum avec le RSI, il suffit de passer « long » lorsque le RSI sort de sa zone de survente et « short » lorsqu’il sort de sa zone de surachat.

Trading RSI survendu ou suracheté

Les divergences de momentum

Les divergences sont des signaux populaires dans le monde du trading. Elles consistent à un changement de direction entre l’indicateur et le prix.

Par exemple, il existe une divergence haussière lorsque le RSI inscrit des sommets de plus en plus bas alors que le prix continue à inscrire des sommets de plus en plus hauts.

A l’inverse, une divergence baissière se produit lorsque le RSI inscrit des creux de plus en plus hauts alors que le prix continue à inscrire des creux de plus en plus bas.

Trader les divergences du RSI

L’inconvénient de ces deux stratégies est le trading à contre-courant. Il est donc beaucoup plus risqué de spéculer sur un renversement du prix que de trader dans le sens de la tendance. De plus, une divergence baissière ou une sortie du RSI de sa zone d’excès peut très bien se produire avant un retournement majeur du prix comme l’entrée dans une période de consolidation.

En effet, le RSI divergera lorsque le prix consolidera après avoir connu un important mouvement, ce qui ne veut pas dire que le prix va se retourner. Une consolidation peut être une étape avant une nouvelle impulsion dans le sens du précédent mouvement.

Il conviendra donc de filtrer les signaux du RSI soit avec d’autres indicateurs, ou de suivre uniquement les signaux qui sont dans le sens de la tendance.

Les deux stratégies présentées sont mieux adaptées aux marchés qui oscillent beaucoup comme la plupart des paires majeures du Forex. Les indices (structurellement haussiers), sont mieux adaptés pour trader les tendances (surtout les indices US).

Trader les tendances avec le RSI

La dernière stratégie consiste à entrer dans le sens de la tendance (qui peut être identifié par la moyenne mobile à 200 jours), lorsque le RSI croise à la hausse 50.

Trader les tendances du DAX avec le RSI

Ces trois stratégies présentées sont les plus connues, mais ne sont pas les seules utilisations possibles. Appliquer les règles de chartisme sur le RSI est également une façon d’avoir des signaux (cassure ligne de tendance du RSI, sortie d’un range, etc).

Problèmes avec le RSI

La sagesse conventionnelle remise en question

  • Beaucoup de traders pensent que parce que le prix est suracheté ou survendu ou qu’il y a une divergence, le prix va rapidement corriger. Ils prennent donc une position à contre-courant et se retrouvent souvent dans une situation inconfortable.

En réalité, le RSI peut rester longtemps « suracheté » ou « survendu » (surtout lorsqu’il vient de sortir d’une longue période de consolidation).

Le RSI peut rester longtemps en excès

Voici ce qui se passe au S&P 500, cours de l’or, pétrole WTI et EUR/USD, lorsque le RSI sort de sa zone de surachat (signal baissier en théorie) :

Performance lorsque RSI suracheté

Sauf pour le WTI, vous pouvez constater que le cours de ces marché a souvent tendance à être haussier les jours après la sortie du RSI de sa zone de surachat…

Voici ce qui se passe au S&P 500, cours de l’or, pétrole WTI et EUR/USD, lorsque le RSI sort de sa zone de survente (signal haussier en théorie) :

Performance lorsque RSI survendu

L’inverse est également vrai lorsque le RSI sort de sa zone de survente. La sagesse conventionnelle suggère un rebond du prix. En réalité, la tendance baissière a davantage tendance à continuer.

Les paramètres du RSI doivent être adaptées à chaque marché

  • Les plateformes de trading et les brokers paramètrent automatiquement deux lignes horizontales pour leurs clients en guise de zone de surachat et de survente (généralement à 70 et 30 respectivement).

es deux limites doivent être considérées avec précaution, car ces limites sont assez subjectives. Pourquoi le prix est « suracheté » lorsque le RSI est à 71, mais pas à 69 ? De plus, le RSI aura tendance à dépasser souvent ces limites sur des actifs volatiles comme les matières premières, les actions ou les cryptomonnaies.

Afin de déterminer les bornes les plus propices à l’actif sur lequel vous tradez, il peut être utile d’étudier la disparité du RSI sur celui-ci.

Excel est un très bon outil pour cela. Voici un exemple de la disparité du RSI (14 jours) sur le S&P 500, l’Or, l’EURUSD et le Bitcoin :

Evolution du RSI de l'EUR/USD, Bitcoin, S&P 500 et Or

Nous pouvons constater que le RSI du Bitcoin a davantage tendance à aller dans les extrêmes que les autres actifs, ce qui est normal au vu de sa volatilité. Des bornes à 80 et 20 au lieu de 70 et 30 sont donc probablement mieux adaptés avant d’envisager un repli.

Le RSI du S&P 500 évolue plus souvent au-dessus de 50 (62% du temps), ce qui est normal compte tenu du fait que le marché boursier soit structurellement haussier sur du long terme.

La disparité du RSI de l’EUR/USD et de l’Or est beaucoup plus équilibrée et moins volatile. Le RSI de ces deux actifs évolue plus de la moitié du temps entre 40 et 60 ce qui fait des bornes 70 et 30 des bonnes limites de surachat et de survente.